Tout savoir sur l’escalier droit

L’escalier droit reste un des plus prisés par les Français, autant en raison de sa simplicité d’installation initiale et d’utilisation au quotidien que de l’économie lors de sa mise en place. Ce type d’escalier aux marches régulières est en effet simple à concevoir et convient à un fort passage…

L’escalier droit, la forme classique

L’escalier droit offre une grande simplicité d’usage, puisqu’il n’y a aucun changement de direction : c’est particulièrement appréciable lorsque l’on est chargé… mais aussi lorsqu’on avance en âge et que la vue vers le bas est moins bonne.

Il existe différentes variétés d’escaliers droits :

  • L’escalier à l’anglaise utilise les espaces sous les contremarches pour les transformer en rangements et optimiser l’espace disponible,
  • L’escalier de meunier ne présente pas de contremarches, ce qui le rend plus simple à fabriquer et en fait une solution d’économie,
  • L’escalier à crémaillère repose sur une crémaillère centrale, ce qui lui donne un aspect très contemporain.

Tous les matériaux peuvent être utilisés pour un escalier droit : le bois est apprécié pour son allure classique, le métal pour son look très contemporain et le béton pour sa facilité d’entretien. Cependant le béton nécessite l’intervention d’un professionnel. En revanche il est tout à fait possible d’installer soi-même les escaliers droits en bois ou en métal.

Comment poser un escalier droit ?

La pose d’un escalier droit est plus simple que celle d’autres types d’escaliers, et il est donc possible d’y procéder sans recourir à un professionnel, ce garantit une belle économie. Les étapes de la pose sont simples :

  • préparation de l’escalier : assemblez les marches, puis emboîtez les limons et enfin installez la rampe et le garde-corps ;
  • mise en place de l’escalier : une fois que vous avez tout assemblé en un un seul bloc, positionnez lescalier là où il sera installé ;
  • fixation de l’escalier : fixez-le soigneusement afin d’éviter tout risque ultérieur.

Quelques contraintes tout de même

L’inconvénient principal de l’escalier droit est qu’il demande beaucoup d’espace si l’on veut qu’il ne soit pas trop raide. Il est donc nécessaire que la pièce où l’on veut installer soit suffisamment grande : on estime généralement qu’une longueur au sol de 1,90 mètres est le minium pour un escalier droit ; cette longueur minimale est plus importante si le plafond est élevé (par exemple dans un appartement haussmannien). Par ailleurs il faut prévoir une trémie rectangulaire suffisante pour passer sans risquer de se cogner la tête : la trémie, qui est le passage dans le plafond, est plus grande pour un escalier droit que pour un escalier en colimaçon.

Toutes les informations nécessaires pour rénover vos escaliers